Category

Entrepreneur

Category

5 bonnes raisons d’apprendre l’espagnol et la meilleure façon de le faire

Dans ma dernière infolettre, dont je vous invite fortement à vous inscrire, car j’y partage du contenu exclusif, je mentionnais que je lis présentement le livre Droit au but de Goerge Zalucki. Il nous enseigne que pour devenir un entrepreneur à succès, il faut d’abord travailler sur notre croissance personnelle. Les façons de s’y prendre sont pratiquement infinies.

Aujourd’hui, je veux vous parler de l’espagnol.

5_bonnes_raisons_pour_apprendre_lespagnol

C’est vrai, vous pouvez probablement tous me répondre que vous êtes bilingues. Vous maîtrisez le français et l’anglais, mais qu’en ai-t-il de l’espagnol? Y avez-vous déjà pensé?

Depuis quelques mois, je me suis mis à l’apprentissage de cette langue et le tout se passe seulement en ligne.

Voici 5 bonnes raisons d’apprendre l’espagnol et la meilleure façon de s’y prendre.

L’espagnol est la 3ème langue la plus parlée à travers le monde

Étant la langue nationale de plus de 21 pays. Connaître l’espagnol, c’est avoir une porte ouverte sur une multitude de cultures riches et diverses.

Apprendre l’espagnol va vous aider dans votre carrière

L’Amérique latine est en plein essor économique et représente un vaste marché à conquérir. L’espagnol est donc un plus très apprécié sur un C.V.

L’apprentissage est rapide

Vous avez bien appris le français, alors l’espagnol, ça ne devrait pas être insurmontable ! Mêmes racines latines, grammaire similaire… Le plus grand effort, ce sera d’apprendre à rouler le « r » correctement ! Grâce au français, il vous sera facile de comprendre la grammaire et à mémoriser le vocabulaire.

Vous allez débloquer une panoplie de nouvelles destinations de voyage

Vous pouvez dire au revoir aux destinations soleils  « américaines » et explorer des milliers de petites villes latines, de plages isolées et de pays différents. Et même si vous aimez voyager aux destinations plus classiques, parler le langage courant vous permettra probablement de faire des activités plus spéciales ou visiter des endroits cachées des touristes.

Travaillez où vous voulez et d’où vous voulez

Les connaissances linguistiques sont très en importantes sur le marché. Parler cette langue sera pour vous un avantage très compétitif. Votre entreprise pourra maintenant se développer au Mexique et jusqu’en Amérique du Sud. Utilisez tous les outils disponibles pour développer votre clientèle. L’espagnol devrait en faire partie aussi intégrante que l’anglais.

[callAdscence_468x60]

Des raisons plutôt convaincantes, n’est-ce pas?

La meilleure façon d’apprendre l’espagnol

Voici la meilleure façon d’apprendre l’espagnol sans dépenser des fortunes. Dans mon apprentissage, j’utilise la plateforme en ligne Babbel. Babbel est un site Internet qui enseigne le vocabulaire, la grammaire et les éléments de phrases adaptés pour chaque type de conversation et votre niveau de maîtrise de la langue. Il vous propose aussi un très grand choix de cours de langue, en rapport avec vos sujets favoris : pour les loisirs, le travail, le voyage, etc.

iphone-ipad

Avec Babbel, vous écoutez et répétez à haute voix, vous répondez et complétez, vous cliquez et écrivez. Il va même jusqu’à vérifier votre prononciation !

En supplément au site Babbel, je vous suggère de vous procurer un cahier à feuilles lignées et de vous remettre dans la peau d’un étudiant : prenez des notes !

De plus, je vous recommande de vous procurer deux livres :

  1. Dictionnaire Espagnol de Larousse
  2. L’espagnol : pour s’exprimer de Larousse

Ils se vendent aussi dans la plupart des librairies près de chez vous.

livres

Vous pouvez aussi utiliser une ressource alternative financée en partie par Google Capital, Tim Ferris et Asthon Kutcher. Ce site Internet est Duolingo et c’est gratuit. Un seul désavantages ressentie lors de son utilisation pendant quelques mois : le site porte son attention beaucoup plus sur le vocabulaire au lieu de balancer entre la grammaire, le vocabulaire et les mises en situation.

Avant de vous quitter, pensez-y chaque fois que vous n’avez pas envie de vous y mettre ou quand vous pensez que vous n’y arriverez jamais. Définissez vous un objectif d’apprentissage.

Si vous gardez vos objectifs en tête et restez curieux, vous avez déjà fait la moitié du travail !

¡Hasta pronto!


 

Pour innover, simplement

Première de deux parties, le lundi le 14 septembre dernier était de passage à Rimouski M. Serge Lemieux pour donner une conférence faisant partie de sa tournée « Les rendez-vous ESSOR ».

Innover, tout simplement

Avant d’entamer mon résumé sur cette conférence, laissez-moi le plaisir de vous présenter cet homme d’affaire d’expérience. M. Lemieux est devenue conférencier pour les entreprises du Québec. Il était auparavant Vice-Président de la division des journaux régionaux de TC Média pendant plusieurs années. Son succès à ce poste l’a poussé à le partager à tous les chefs d’entreprises du Québec. Grâce à un partenariat avec la Jeune Chambre de Rimouski, j’ai assisté à sa conférence qui porte sur l’innovation, tout simplement.

Mon but n’est pas de vous décrire l’entièreté de la conférence. Pour en avoir les détails complets, il faut y assister ! Tout au long de la présentation, Serge nous expliquer quelle mentalité à avoir face à l’innovation. De ce fait, plusieurs considèrent l’innovation comme quelque chose de compliqué, épeurant, avoir des coûts élevés et certains diraient même ne pas savoir par où commencer. Selon des statistiques, le Québec est en chute libre face au % d’innovation :

Proportion d’entreprises qui ont innové entre 2007 et 2009 et entre 2010 et 2012 ,Québec, Ontario et Canada.

Proportion d’entreprises qui ont innnové entre 2007 et 2009 et entre 2010 et 2012, Québec, Ontario et Canada

Vous pouvez vous procurer le document complet en téléchargeant le sti-bref-201403.PDF (896 ko) produit par l’Institut de la statistique du Québec.

[callAdscence_468x60]

Comment « innover » dans son entreprise

Serge nous rappelle que le consommateur « se fou » comment vous investissez en marketing, en recherche ou même en publicités. Il doit simplement penser à vous lorsqu’il doit combler un besoin. Vous devez être le « Top of mind » de votre secteur d’activité. La meilleure façon d’être parmi les premiers passe par votre capacité à innover.

L’innovation ne se fait pas seule. Retenez toujours cette phrase. En tant que chef d’entreprise, votre devoir est de piloter le processus d’innovation avec votre équipe. Le but ultime est de faire en sorte que l’innovation provienne de toute l’équipe et non seulement de vous. Steve Jobs n’a pas tout inventé les appareils Apple seul. Il était le capitaine d’une grande équipe guidée par la même vision.

L’innovation se fait sans cesse. Vous ne pouvez pas la confier au hasard et attendre que quelque chose vous tombe du ciel. Ça doit devenir naturel d’innover dans votre entreprise. Développez une culture d’innovation autour de vous et de votre entreprise.

Afin de garder votre culture d’innovation active, mobilisez les troupes en organisant des événements clés dans un calendrier et prenez engagement avec toute l’équipe. Ce processus doit être amusant et important en même temps. Impliquez vos employés, votre personnel de gestion, vos clients et mêmes vos fournisseurs. Ils ont probablement des idées qui vous permettront d’innover.

Retenez toujours une chose : Vous êtes le pilote du processus d’innovation et vous seul prenez les décisions finales sur les suggestions de votre équipe. En gros, installez dans le cerveau des gens autours de vous le goût à l’innovation. Stimulez leurs imaginations.

« Préférez les actions chaotiques à l’inaction ordonnée. »

Pour résumer ce texte, gardez en tête ces trois règles de base lors de processus d’innovation.

  1. Impliquez les autres
  2. Motivez les troupes
  3. Assurez la récurrence

Et n’oubliez surtout pas que vous devez agir en tant que pilote ou capitaine de ce processus. Communiquez votre vision et votre équipe se chargera de vous apporter des idées.

Dans la deuxième partie de mon appréciation de la conférence de Serge Lemieux, je vous en dirai davantage sur ses 10 commandements de l’innovation. Entre-temps, si vous voulez en apprendre plus sur M. Lemieux et ses activités, visitez son site Internet au www.sergelemieux.ca.

Je vous laisse sur la même citation dont la conférence a été bouclée et je vous revois à la deuxième partie !

« Innover, c’est partager », Louis Garneau

Les 10 seuls diaporamas dont vous aurez besoin pour votre prochain « pitch »

Les 10 seuls diaporamas dont vous aurez besoin pour votre prochain « pitch »

En démarrage d’entreprise, en lancement d’un nouveau produit ou d’un nouveau service, lorsque vient le temps de présenter l’idée à quelqu’un, la première étape pour moi est toujours de stimuler l’intérêt et non pas de plonger dans les détails inutiles lors d’une première rencontre. Vous nuisez à vos chances de succès.

Votre objectif est de générer suffisamment d’intérêt auprès de votre interlocuteur afin d’avoir un deuxième rendez-vous avec celui-ci.

Si vous réussissez à prendre rendez-vous pour une deuxième rencontre, vous êtes normalement près du but! Si la personne ne veut pas vous accorder de deuxième rencontre, ne baissez pas les bras. Nous y reviendrons dans un prochain temps avec les actions à poser lorsque cette situation arrive.

Pour votre « pitch », je vous recommande de vous en tenir à dix diaporamas maximum. Ce nombre très limité de pages vous forcera à vous concentrer sur les aspects essentiels de votre projet. Cet exercice va vous permettre d’être plus clair et précis lors de votre présentation.

Voici les dix diaporamas à préparer pour un « pitch » efficace

1
Titre
Fournissez le titre de l’entreprise, votre nom ainsi que votre rôle, votre adresse courriel et votre numéro de cellulaire ou téléphone.
2
Problèmes / Solutions
Décrivez brièvement un problème connu ou un besoin et expliquez pourquoi votre solution le réglera. Quel bien-être ou plaisir votre produit apportera?
3
Valeur ajoutée
Expliquez la valeur ajoutée de votre offre pour les futurs consommateurs et clients potentiels. Quel est votre USP?
4
« Sous le capot »

Décrivez la magie sous le capot, les nouvelles technologies développées ou votre ingrédient secret! Ici, priorisez les diagrammes, les schémas ou les images au lieu du texte. Encore mieux, si vous avez un prototype ou une démo, c’est le temps de sortir ça. Et comme le dit Glen Shires de Google :

« Si une image vaut 1000 mots, un prototype vaut bien 10 000 diapos »

5
Modèle d’affaire
Expliquez qui sont vos investisseurs, sont-ils privés ou publiques, qui détient votre portefeuille actuellement et comment vous comptez vous en mettre dans les poches dans l’avenir.
6
Le plan d’affaire
Expliquez sommairement comment vous comptez atteindre vos objectifs sans vous ruiner à la banque.
7
Analyse de la compétition
Fournissez une analyse de vos compétiteurs. Beaucoup de compétiteurs est mieux qu’aucun. Vous présenterez un beau défi à l’interlocuteur et aurez l’air mieux préparé. Si votre solution est innovante, le nombre de compétiteurs ne sera plus une inquiétude.
8
L’équipe
Décrivez la structure de votre équipe: la direction, les opérations, vos conseillers, vos mentors, etc. C’est correct si votre équipe n’est pas encore parfaite. Dans l’optique où elle le serait, vous ne seriez pas occupé à faire votre picth.
9
Projections
Présentez vos projections sur une échelle de trois ans non seulement sur le plan financier, mais aussi sur le nombre de clients estimés, le taux de conversion et toutes autres données jugées importantes. Encore une fois, restez bref.
10
Structure actuelle, accomplissements,
utilisation des fonds
Où en est votre projet aujourd’hui? Avez-vous déjà des clients? Combien de ventes avez-vous jusqu’à date? Combien d’argent a été investie dans le projet? Expliquez en quoi votre interlocuteur vous sera utile à long terme dans votre projet.

[callAdscence_468x60]

Normalement, avec ces dix diaporamas, vous serez préparé pour faire des présentations bétons à des clients ou investisseurs potentiels. Voici aussi quelques ressources pour vous aider à démarrer.

Afin de vous garantir plus de succès, allez vous procurer des éléments graphiques et des éléments de mise en page libres de droit et professionnels sur Graphicriver.

Poursuivez la lecture et les exercices en vous procurant le livre de
Guy Kawasaki The Art of Start 2.0 (livre en anglais), le guide pour n’importe qui qui démarre n’importe quoi.

Bonnes présentations!

Développer un nouveau secteur d’activité avec La zone génie

Que vous soyez un nouvel entrepreneur, une nouvelle entrepreneure, à la recherche d’une source de revenue supplémentaire ou tout simplement en quête d’un nouveau passe-temps, les démarches peuvent être laborieuses. Évidemment, vous comme moi aimeriez avoir une offre unique, mais surtout pratiquer une activité motivante.

impression-document-zone-genie-small

Je vais partager avec vous une méthode efficace afin de tomber sur une activité qui allie à la fois la passion et l’expertise. Nous pouvons utiliser le terme « La zone génie« . Cette méthode va vous aider à définir votre domaine d’activité, votre nouveau passe-temps, votre nouvelle entreprise et bien plus tout en vous assurant que vous faites quelque chose qui vous garde motivé.

À l’aide du schéma ci-dessous, à raison d’une fois par jour et pendant cinq jours, écrivez au moins une passion et une compétence ou une expertise que vous possédez. Cela ne devrait pas vous prendre plus que deux minutes par jour. Gardez le tout au plus simple. Allez-y avec des mots clés ou des termes clés.

Pour vous, téléchargez la grille en format imprimable (.PDF 388ko).

[callAdscence_468x60]

Vos passions

Dans la colonne « Passion », écrivez des choses que vous aimez, qui sont dans vos valeurs, des choses que vous aimez faire. Par exemple, vous pourriez écrire :

  • Faire la cuisine
  • Plein-air l’hiver
  • Lire des livres
  • Photographie

Il est bien important d’y mettre des choses qui vous passionnent.

Vos expertises

Énumérez dans cette colonne toutes les choses dans lesquelles vous avez des compétences. Par exemple nous pourrions y voir :

  • Maîtrise les logiciels Web
  • Débrouillard en rénovations
  • Habile en skis alpin
  • Maîtrise l’anglais
  • À l’aise devant un groupe

La clé dans cette colonne est d’entrer à la fois tout ce dans quoi vous êtes bon et aussi tout ce dans quoi vous voudriez acquérir de nouvelles compétences. Comme le dit Richard Brandson, vous n’apprenez pas à marcher en suivant des règles, vous apprenez à marcher en essayant, en tombant et en vous relevant tant que vous n’y arriverez pas.

Graphique : La zone génie

Une fois que votre liste est complétée, commencez à faire des associations entre vos passions et vos expertises. N’est-ce pas motivant de voir toutes ces opportunités devant vous? en gardant les exemples ci-dessus, voici quelques résultats possibles :

  1. Ouvrir un blogue de cuisine
  2. Vendre des photos sur Internet
  3. Devenir instructeur de ski alpin
  4. Être guide et traducteur pour des activités touristiques et plein-air
  5. Ouvrir un site de critique de romans
  6. Offrir vos services pour des petites rénovations
  7. Donner des cours de photographique

Vous voyez comment les possibilités sont infinies?

Prêt à vous lancer? Rendez-vous sur cette page afin d’avoir les outils nécessaires pour bien débuter.

Avant de terminer, assurez-vous que votre offre soit unique, différente et surtout novatrice. Pensez à votre « USP » aussi afin de vous assurer d’avoir les meilleures chances de succès.

Partagez avec moi vos résultats dans les commentaires ci-dessous. J’ai hâte de vous lire.

En 2015, ne prenez pas de résolutions

La période des fêtes est terminée et les soupers, soirées et brunchs se sont accumulés à toute vitesse. En ce début d’année, vous aurez votre moment de répit et vous penserez certainement aux quelques livres que vous avez pris durant ces festivités. Il sera le temps de prendre des résolutions vous direz. NON. Du moins, pas à celles que vous allez penser à ce moment.

En 2015, ne prenez pas de résolutions

À quoi bon toujours prendre les mêmes résolutions si ce n’est que pour jamais les respecter? La résolution #1 prise par les gens doivent être celle de perdre du poids, mais ça doit aussi être celle qui est la moins respectée. Vous comme moi, avez probablement tous un horaire professionnelle et familiale très chargé. Aller au gym deux ou trois fois par semaine, essayer de perdre X livres, adopter un régime alimentaire spécifique vous semblera un défi trop gros sans préparation. Vous serez épuisés psychologiquement avant même d’avoir perdue votre première livre. Tel que je le mentionnais, il faut être extrêmement motivé ou très bien préparé pour y arriver et je lève mon chapeau à ceux et celles qui vont y parvenir.

Je ne vous dis pas de ne pas prendre de résolutions pour la nouvelle année, mais plus tôt de repenser à concept loufoque. Dans cet article, je vais vous proposer quelques résolutions qui sortent de l’ordinaire et qui demandent un centième de l’effort de l’exemple cité ci-dessus.

[callAdscence_468x60]

Apprendre une nouvelle langue

Dans un monde où la technologie ne cesse d’augmenter et que l’accès à l’information est de plus en plus simple, apprendre les rudiments d’une nouvelle langue est beaucoup plus simple que cela en a l’air. Il existe des services gratuits comme Duolingo qui vous permettent de développer votre apprentissage à raison de quelques minutes par jour. Choisissez une langue qui vous intéresse, une langue à laquelle vous avez une certaine curiosité ou tout simplement une langue parlée par les gens d’un pays que vous voulez visiter.

L’objectif ici n’est pas de savoir parler Allemand ou Espagnol à la fin de l’année, loin de là. Vous chercherez plus à développer une nouvelle compétence et apprendre à vous débrouiller à la lecture et à la compréhension d’une langue étrangère.

Cette nouvelle compétence pourra vous être utile professionnellement. Une bonne chose à ajouter à son C.V.

Yo les deseo una buena lectura.

Réduire la dette, économiser

Phrase magique que l’on se souhaite souvent en début d’année. Vous pouvez acheter des billets de loterie et espérer que le rêve se réaliser, mais il faut voir la réalité en face. Si vous gagnez, vous êtes vraiment chanceux.

Planifiez-vous un budget, consultez vos dépenses de l’année dernière et vérifier comment vous pouvez améliorer vos finances pour l’année 2015. Il existe plusieurs techniques pour y arriver. Consultez un professionnel, créez vous des documents Excel pour vous faire des états de votre budget. Et la règle la plus importante, posez-vous toujours la question Est-ce que j’en ai vraiment besoin? Cette question pourra vous faire économiser beaucoup d’argent.

Aussi, faites des économies, créez-vous un compte Tangerine et faites de petits dépôts hebdomadaires ou mensuels. De plus, en déposant votre premier 100$ et en entrant une clé orange, Tangerie va déposer directement 25$ dans ce compte. N’est-ce pas une belle économie?

Clé Orange : 42358163S1

N’attendez pas! Leurs taux d’intérêts sont très bon! Cliquez ici pour débuter.

En réduisant votre dette, vous serez moins anxieux et vous donnerez plus d’importance aux loisirs, aux amis, à la famille… à la vie.

Faire au moins un don ou appuyer une cause qui vous tient à cœur

Nous devons nous compter chanceux de vivre en Amérique du Nord. Nous sommes rarement malade, nous avons accès à des systèmes d’éducation et nous pouvons manger à notre aise. Par contre, on ne peut nier le fait que plusieurs personnes dans le monde souffrent de problèmes divers.

Si vous en êtes capable, donnez à un organisme local ou international. Votre aide peut sauver des vies, instruire des enfants, bâtir des infrastructures, guérir des maladies, etc.

Faites-le toujours sur une base volontaire. Donner par obligation n’est pas l’objectif de cette résolution.

Réserver deux fins de semaines pour prendre le large

Prendre le large, s’évader, relaxer, penser à autre chose. Voilà quelque chose qui n’est pas très sorcier. Par contre, avec nos horaire de fou, on s’invente des raisons pour manquer de temps. Faire-ci ou faire ça sans aucun réel but nous coupe souvent de belles opportunités de s’évader, de décrocher.

Je vous suggère d’organiser au moins deux fins de semaines pour décrocher. En groupe d’amis, en famille, en couple, prévoyez-vous deux fins de semaines pour faire des activités qui vous sortent du train quotidien. Une fin de semaine dans un chalet, une randonnée en montagne, du magasinage dans un grand centre, des excursions touristiques dans une ville voisine, une fin de semaine de pêche, etc. Prenez le temps de planifier toujours sans vous casser la tête. Utilisez des sites comme Tripadvisor, Booking.com ou tout autre site afin de vous trouver un hôtel, un motel ou un emplacement de camping abordable. Planifiez des activités qui peuvent vous intéresser et ou des activités de découvertes.

Pour ma part, à titre d’exemple, je planifie toujours une fin de semaine entre amis dans un chalet, l’hiver dans la région. Un chalet sans Internet ni télévision, là où le cellulaire peine à capter. Nous avons donc un deux jours pour décrocher complètement et c’est très bon pour renforcer les amitiés. Deuxième exemple, je compte faire le tour de quelques micro-brasseries du Québec durant l’été afin de découvrir de nouvelles bières et d’en connaître plus sur les créateurs.

Prévoyez donc un budget, un horaire dans l’année, une destination et regroupez quelques amis puis vous serez satisfait comment ça peut faire du bien de décrocher quelques jours.

[callAdscence_468x60]

En gros, prenez tout simplement le temps d’en réaliser juste une parmi la liste ci-dessus et vous aurez se sentiment d’accomplissement tant au niveau personnel, mais fort probablement que vous aurez développé des compétences pouvant être mises en oeuvre au plan professionnel.

Et vous, qu’elles sont vos résolutions pour la prochaine année?

Bonne année!

Capsule entrepreneuriale – Faire des affaires en région, à quel prix?

Le temps passe et l’expérience entrepreneuriale se fait. Avec l’entreprise Okidoo Interactif, je suis amené à développer le marché de l’entreprise au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie, dans la région de Québec et même à Montréal.

N’oubliez pas de lire ma première chronique de la capsule entrepreneuriale : Le monde des grands.

C’est le noir et le blanc, le jour et la nuit dans pratiquement toutes les formes en ce qui concerne le Bas-Saint-Laurent et la grande métropole. Ce qui m’amène au sujet de mon article : Faire des affaires en région, à quel prix?

C’est une question que je pose souvent en tant qu’entrepreneur et propriétaire d’une PME.

Maîtriser et connaître son marché

Je crois fortement que la première étape d’un bon entrepreneur ou chef d’entreprise est de maîtriser et connaître son marché, sa clientèle et son audience. Il n’y a pas de solution magique d’après-moi. Il faut de la persévérance et du temps. À chaque ville ça change, à chaque région ça change, dans chaque pays ça doit changer (Je n’ai pas assez d’expérience de vente internationale pour vous le dire). Basé sur mon expérience, voici quelques moyens pour mieux connaître votre marché et ainsi être en mesure de devenir un leader dans votre domaine d’affaire :

Faire une étude de marché

Une façon très efficace de découvrir l’état du marché dans lequel vous désirez vous lancer est d’effectuer une étude de marché. Celle-ci vous permettra de faire le point sur :

  1. Quelles sont les entreprises installées dans la région et depuis combien de temps?
  2. Quels sont leurs produits « vedettes », leurs meilleurs vendeurs?
  3. Est-ce que je j’offre la même chose? Si oui, comment pourrais-je me démarquer contre une entreprise déjà établie?
  4. Déterminer les revenus moyens que vous pourriez en tirer en faisant des affaires à cet endroit.
  5. Vos prix pour vos services ou produits sont-ils trop bas ou trop élevés?
  6. Et en final : est-ce que c’est une bonne affaire de m’installer à cet endroit?

Si à la question #6 votre réponse est non, alors il faudra probablement penser à répéter le processus de d’étude de marché dans une autre ville ou revoir sa stratégie afin d’être en mesure de percer le marché.

[callAdscence_468x60]

Développer son réseau de contact

Développer son réseau de contact est une très bonne façon d’analyser le marché, les compétiteurs, les leaders, etc. Apprenez-en plus sur votre marcher en participant à des activités.

Participez à des conférences ou des formations dans lesquels vos clients auraient de l’intérêt à y être.

Le but n’est pas d’assister seulement à des conférences qui sont dans vos intérêts. Vous allez y rencontrer seulement des gens d’affaires qui font le même travail que vous. Aucun réel intérêt sauf si votre objectif est de développer des partenariats d’affaires locales. Rendez-vous plutôt dans des activités dans lesquelles vous pensez que vos clients auraient de l’intérêt. Il s’agit que vous soyez assis à une table avec quatre ou cinq propriétaires d’entreprise et qu’un d’entre eux aurait un besoin urgent d’un service ou d’un produit que vous offrez. Vous en seriez déjà gagnant !

Rejoignez des associations bénévoles ou des conseils d’administration.

L’avantage dans ce genre d’affaire, c’est que vous serez souvent la seule personne à posséder des compétences dans votre domaine d’activité. C’est ce qui rend ces organisations souvent très intéressantes pour un entrepreneur. L’alliance de différentes compétences d’affaire permet à l’association d’avoir un large réseau d’affaire. Et qui sait, probablement qu’un des administrateurs sera un chef d’entreprise, qui lui aussi, a un besoin urgent de vos services ou de vos produits.

En gros, prenez le temps de bien identifier les activités auxquelles vous désirez participer. Assurez-vous que ces activités ou ces organisations puissent répondre à votre vision d’affaire et que votre engagement ne nuira pas au développement de votre carrière d’entrepreneur.

Faites attention de bien sélectionner l’organisation. N’entrez pas dans une association pour rien. Faites une rencontre avec les administrateurs afin de confirmez si vous pourrez vous entendre avec eux. Conseil d’ami 😉

 

Ne pas se gêner de poser des questions

Ce que je veux dire par « Ne pas se gêner » c’est de se sentir à l’aise de questionner le client ou le promoteur concernant un projet que vous n’avez pas été en mesure de signé pour X ou Y raisons. Si vous êtes un entrepreneur, vous êtes toujours en apprentissage. Il s’agit de rester professionnel et de leur poser des questions. Ils vont vous les donner les fameuses X et Y raisons et vous serez en mesure de mieux ajuster vos « pitch » de vente pour la prochaine fois.

Ces raisons X et Y, ça m’amène à une réflexion de bien connaître son marché lorsque nous sommes en affaire. Le démarrage d’entreprise est une chose, mais de savoir viser juste avec des prix en est une autre. En effet, en tant qu’entrepreneur dans une entreprise, votre premier but est de faire de l’argent, c’est le but du défi!

Ma réflexion s’arrête au point d’établir des priorités sur la clientèle. Dans mon domaine d’activité, nous sommes facilement en mesure de travailler pour une entreprise de Montréal sans jamais avoir mis les pieds dans l’entreprise. Le travail à distance nous permet de rester compétitifs parce que nos prix sont souvent beaucoup moins élevés que dans la métropole. Par contre, être en région signifie-t-il qu’il faut nécessairement sous-évaluer nos prix pour la clientèle locale?

Est-ce qu’il y a une balance ou un juste milieu à aller chercher? J’aimerais que vous puissiez me répondre dans les commentaires ci-dessous :

« Vous, comment est-ce que vous gérer l’équilibre entre les clients régionaux et les clients à l’extérieur ou dans les grands centres? ».

Capsule entrepreneuriale – Le monde des grands

Comment mieux vous expliquer mon cheminement professionnel en tant que jeune entrepreneur que par l’écriture d’un journal entrepreneurial à raison d’une fois par mois. Dans ces capsules, je ferai du mieux que possible pour vous partager mes expériences, mes bons et moins bons coups, mes apprentissages et tout ce que j’oubli de mentionné pour le moment.

Le monde des grands

Voici le nom donné à ma première capsule entrepreneuriale. Pourquoi ce nom? Parce qu’il y a tout juste quatre ans, déjà, j’ai fais mon entrée sur le marché du travail en tant qu’entrepreneur et copropriétaire d’entreprise. Mon expérience d’entrepreneur et propriétaire d’entreprise? Zéro.

J’ai démarré mes activités en fondant Okidoo Interactif dans un sous-sol d’appartement comme bien du monde avec mes associés Michaël Lavigne et Christian Hamel. Oui, nos meeting clients se faisaient sur la table de la cuisine passée au chiffon humide deux minutes avant la rencontre. J’achetais des chemises mal ajustées chez des magasins à rayon afin d’avoir l’air un cran plus sérieux. Il faut le dire, j’ai débuté tout cela à 19 ans.

Patrice Poliquin - Démarrage d'entreprise Okidoo Interactif

Les défis

J’avais tout à apprendre en me laçant dans un démarrage d’entreprise. Il fallait passer par l’ouverture du compte affaire, se trouver du financement pour démarrer l’entreprise, créer l’incorporation Québec Inc., se construire un réseau de contact et surtout : trouver des clients.

Pour ce qui est du financement de démarrage,  nous avons été chanceux de trouver des conseillers qui ont pris le temps de nous expliquer les procédures ainsi qu’accepter de nous prêter quelques sous. Voici les techniques que nous avons utilisés :

 Le centre local de développement (CLD)

Dans notre stratégie de démarrage, nous avons utilisé le programme d’aide qui se nomme Jeunes Promoteurs. En gros, ce programme vise à stimuler les jeunes entrepreneurs et les aider à démarrer leur première entreprise en leur offrant un support financier.

Les critères :

  1. Être âgé entre 18 et 35 ans;
  2. Être citoyens canadien résidant permanent du Québec;
  3. Posséder une expérience ou une formation pertinente au projet;
  4. S’engager à travailler à temps plein dans l’entreprise;

Si vous voulez recevoir plus d’information sur ce programme : http://www.acldq.qc.ca/fr/entrepreneur-jp.php

 La société au développement des collectivités (SADC)

Avec eux, nous sommes allé chercher le financement Fonds Stratégie Jeunesse qui est aussi un financement disponible pour le démarrage d’entreprise pour de jeunes entrepreneurs.

Ce financement à semblablement les mêmes critères, mais peut offrir entre 5 000 $ et 25 000 $ par projet.

Voici en gros comment c’est déroulé notre démarrage financièrement. J’espère que cela pourra être utile à autre jeune entrepreneur qui tombera sur mon blogue.

J’attends de vos réactions dans les commentaires.